5 plantes vivaces faciles au jardin potager

Publié le Publié dans Au jardin potager, Cultures, Permaculture

Comment avoir des récoltes abondantes sans accorder de temps aux plantes ? Les légumes perpétuels sont sans doute une des solutions ! Découvrez 5 plantes vivaces au jardin potager. Ces plantes qui permettent d’avoir des récoltes d’une année sur l’autre sans travail : ni semis, ni repiquage ni entretien.

 

.

Qu’est-ce qu’une plante vivace ?

Si vous avez lu l’article sur comment cultiver les pommes de terre sans efforts vous connaissez déjà probablement la différence entre plante annuelle, plante bisannuelle et plante vivace.

.
Pour les autres, voilà l’explication :

  • une plante annuelle est une plante dont le cycle de vie (de la germination à la graine) dure 1 année
  • une plante bisannuelle est une plante dont le cycle de vie dure 2 années
  • une plante vivace (dite aussi plante pérenne) est une plante qui peut vivre plusieurs années
    .

Déjà bien connues au jardin d’ornement où jacinthes, roses et autre agapanthes nous offrent leurs magnifiques floraisons. Elles sont moins présentes au jardin potager. Et c’est bien dommage !

En fait, une partie de ces plantes vivaces sont déjà présentes au jardin potager, en effet une majorité des aromatiques rentrent dans la catégorie des plantes vivaces : la sauge, le thym, la sarriette, la livèche ou le romarin pour ne citer qu’eux. 😉

Pour le reste, toutes les plantes ligneuses sont vivaces. Une plante ligneuse est une plante qui produit de la lignine (composant majeur du bois).

.

agapanthe
Magnifique fleur d’agapanthe

.

Quel est l’intérêt d’une plante vivace ?

À présent vous vous dites peut-être : “Ok, mais à quoi ça va me servir de planter des plantes vivaces dans mon jardin potager ?”.

Vous l’avez compris, une plante vivace est une plante qui présente l’intérêt de vivre plusieurs années. Ce qui ôte au jardinier une grande quantité de travail qu’il aurait eut à accomplir sur une plante annuelle ou bisannuelle. Adieu les semis chaque année, les repiquages par dizaines, la levée timide, la concurrence impitoyable des plantes indigènes (les plantes qui poussent naturellement sur votre sol, celles qu’on appelle injustement “mauvaises herbes”). Bref, moins de travail, donc plus de temps libre pour nous.

En général si vous voulez multiplier une plante vivace, le bouturage fonctionne très bien pour la très grande majorité de ces plantes. Et comme elles s’installeront pour plusieurs années : les plantes vivaces sont moins concurrencées par les autres plantes. Mais ce n’est pas tout ! Elles ont aussi moins besoin de soins et d’attention. Les racines d’une plante vivace vont plus profondément que les plantes annuelles et bisannuelles, elle supporte donc mieux les sécheresses : adieu les arrosages fréquents.

J’exagère un petit peu, car vous aurez toujours des plantes annuelles et bisannuelles au jardin potager. Mais tendre vers une part plus importante de plantes vivaces au jardin potager c’est vous assurer plus de temps libre tout en continuant à récolter des légumes sains.

Il faut savoir, qu’en général les plantes vivaces, et plus encore les légumes vivaces (appelés aussi légumes perpétuels) perdent leurs feuilles lors de la période hivernale. C’est tout à fait normal, la plante rentre en période de dormance et repartira au printemps. Donc nulle inquiétude à avoir !

Ça y est, convaincu ? Voyons une liste de 5 plantes vivaces au jardin potager !

 

Le chou daubenton

Piéride du chou
Piéride du chou

Légume vivace, le chou perpétuel daubenton est un légume ancien. Généralement les choux sont des légumes que l’on consommait beaucoup plus avant-guerre qu’aujourd’hui. Ce sont pourtant des légumes très riches en micro-nutriments que l’on gagnerait à réintroduire tant dans nos assiettes que dans nos jardins potagers.

Le chou daubenton est un chou arbustif, c’est-à-dire que si vous ne le taillez pas trop il aura tendance à faire un petit buisson qui peut tout de même monter jusqu’à 1m10 voire plus. Le chou daubenton peut vivre jusqu’à 5 ans environ. Cependant, il n’est pas rare qu’il produise de nouveau plan par marcottage. Pour en savoir plus sur le marcottage je vous invite à lire cet article : le marcottage.

De plus, le chou daubenton est très résistant aux maladies et aux parasites (comme la piéride du chou). Les jeunes feuilles de chou daubenton se consomment crues ou cuites, feuilles que l’on récolte au fur et à mesure de nos besoins.

.
Conseils de culture du chou daubenton :

Je vous conseille de pailler le pied de ce chou. Car étant un légume vivace, il ne demandera qu’un arrosage par temps très sec. Pour vous éviter cela, vous pouvez mettre un paillis (ou mulch) à son pied. Non seulement cela vous permettra de ne plus l’arroser, mais vous améliorerez la structure de votre sol (par la création d’humus notamment) et aiderez la biodiversité du sol à survivre par temps sec ou très froid.

Pour le multiplier, le bouturage sur les jeunes branches marche plutôt bien, sinon vous pouvez toujours le marcotter. S’il ne l’a pas fait de lui même ! 😉

.

 

Le poireau perpétuel

Le semis de poireau est difficile et capricieux. Je vous présente le poireau perpétuel, rustique et vivace vous n’aurez plus de problème de semis !

Le poireau perpétuel est un poireau de petite taille. Nettement plus petit que les poireaux habituels, le poireau perpétuel est en revanche plus goûteux. Ils forment des touffes de plusieurs poireaux que l’on peut récolter en fonction des besoins tout en veillant à en laisser quelques uns à chaque fois. Ils se consomment de la même manière que les poireaux classiques.

Conseils de culture du poireau perpétuel :

Comptez plusieurs pieds si vous voulez en manger plusieurs fois dans l’année, le calibre ne dépasse que rarement celui d’un petit doigt. Vous pouvez diviser les pieds pour les multiplier. Sinon la culture est la même que les poireaux classique.
À noter que le poireau perpétuel entre en état de repos végétatif au début de l’été, ils seront donc dépourvus de feuilles.


.

La rhubarbe

Rhubarbe
Jeune pied de rhubarbe

Qui n’a jamais goûté une excellente tarte à la rhubarbe ? En compote, confiture, ou en crumble, la rhubarbe ravie les palais. Si vous n’y avez jamais goûté, il est peut-être temps de planter 1 ou 2 pieds chez vous ! 🙂

La rhubarbe est une plante vivace qui peut atteindre 1m30 d’envergure et 1m de hauteur. De récolte généreuse, elle ne demande en général aucuns soins particulier.  Ce sont les branches qui se mangent, les feuilles sont quant à elles toxiques (pour les animaux aussi).

 

Conseils de culture de la rhubarbe :

La rhubarbe se plaît à la mi-ombre, évitez les rayons du soleil trop puissants.
L’année dernière, de ma visite à la ferme en permaculture du Bec Hellouin, j’ai appris que la rhubarbe se cultivait aussi à l’ombre. Effectivement, au Bec Hellouin ils l’a cultivent sur butte sous une rangée d’arbres. Ils ont installés une bâche sur les buttes afin de minimiser l’entretien.
Vous pouvez cultiver la rhubarbe sur planche plate, et installer un paillis (: aussi appelé mulch) généreux à leur pieds. Pour profiter des mêmes avantages qu’avec le chou daubenton.
Pour multiplier vos pieds, un coup de bêche au milieu du pied, et vous voilà l’heureux propriétaire de deux pieds de rhubarbe. 😉

.

L’oseille

Oseille sanguine
Oseille sanguine

L’oseille est une petite plante vivace de culture facile qui supporte des températures descendant jusqu’à -20°C. Je dis petite, mais certaines variétés d’oseille peuvent atteindre 1 mètre de hauteur. C’est une plante aromatique qui, en fonction des variétés, peut produire des feuilles même en plein hiver. Ce qui est un atout non négligeable !
L’oseille peut avoir des feuilles vertes ou même pourpres en fonctions des variétés. Elle se consomme crue ou cuite comme des épinards, et sa saveur est légèrement acidulée. C’est une plante vivace qui est commune dans les régions tempérées. Vous l’avez certainement déjà rencontré dans les champs.
L’oseille est du plus bel effet en bordure de chemin.

Conseils de culture de l’oseille :

L’oseille se plaît à la mi-ombre voire au soleil s’il n’est pas top brûlant. Par exemple, une exposition matinale lui convient tout à fait. Elle ne nécessite pas d’entretien particulier, mis à part de diviser les pieds d’oseille qui commencent à vieillir afin de lui redonner une nouvelle jeunesse. Pour ce faire utilisez une bêche, donnez un coup assez sec au milieu de la touffe et replantez en une un peu plus loin. Pas de besoin de trop les espacer, pour ainsi gagner de la place au jardin potager.


.

L’oignon rocambole

Cette plante vivace fait partie de la famille des liliacées comme ses cousins. Très rustique, l’oignon rocambole supporte facilement la sécheresse et les maladies.
L’oignon rocambole peut vivre jusqu’à 5 ans.
Il n’est pas question ici de récolter les bulbes en terre, ce sont les bulbilles que l’on consomme.
Les bulbilles sont les petits oignons que vous pouvez récolter sur le haut de la tige en été. Vous pouvez aussi manger les feuilles de l’oignon rocambole, elles s’utilisent comme la ciboulette. Évitez simplement de trop en prélever pour permettre à la plante de capter assez de lumière.

L’oignon rocambole a un goût plus fin que les oignons classiques, rappelant le goût des échalotes. Sa tige peut aller jusqu’à 80 cm de hauteur.

Petit bonus : il existe aussi l’ail rocambole, une autre plante vivace 😉

Conseils de culture de l’oignon rocambole :

En fin d’hiver ou d’automne plantez les bulbilles (récoltées sur la tige) ou les bulbes (récoltés en terre) à environ 2-3 centimètres sous la surface.
Pour le reste, à cultiver comme un oignon classique.

 

C’est la fin de cet article, s’il vous a plu n’hésitez pas à laisser un commentaire et à partager ! 🙂

J’espère que cet article vous aura permis d’en apprendre plus sur les légumes perpétuels au jardin bio.
Bon jardinage !

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    11
    Partages
  •   
  • 11
  •  
  •  

2 réflexions au sujet de « 5 plantes vivaces faciles au jardin potager »

Laisser un commentaire