Au jardin potagerCulturesPermaculture

Comment cultiver la pomme de terre sans aucun effort

Posted

 

Comment cultiver la pomme de terre facilement ? Nous allons voir une technique facile d’accès, demandant peu de temps et pas d’efforts pour cultiver la pomme de terre !

.

La pomme de terre

La pomme de terre, plante originaire d’Amérique-latine, est un tubercule très facile à cultiver.

.

Machu Picchu
Machu Picchu au Pérou

D’ailleurs, les preuves archéologiques prouvent qu’elle était déjà cultivée il y a 8000 ans au Pérou ! Pour en savoir plus sur l’histoire de la pomme de terre, je vous conseille cette page assez complète : histoire de la pomme de terre.

.

C’est une plante herbacée et vivace appartenant à la famille des solanacées, de même que la tomate ou l’aubergine.
.

Concernant les variétés, il en existe de différentes formes et de plein de couleurs différentes : roses, violettes ou bleues ! -Voir plus bas pour les conseils concernant le choix de variétés-

-Quelques variétés de pommes de terre précoces : amandine, rose de france, apollo, jeannette…
-Quelques variétés de pommes de terre à très bons rendements : Bintje, Corolle, Élodie, Mona Lisa…
-Quelques variétés de pommes de terre originales : bleue d’artois, rose de France, vitelotte…

 

La culture de la pomme de terre

Culture butte pommes de terre
Culture traditionnelle de pomme de terre

On cultive traditionnellement la pomme de terre sous butte en Europe. Cela demande un certain travail : creuser les tranchées pour y placer les pommes de terre germées, recouvrir, puis butter une fois la tige sortie de terre, l’arrachage qui peut être un vrai casse tête pour ne pas abimer les pommes de terre avec l’outil que vous allez utiliser (comme la fourche-bêche). Sans parler du fait de ne pas oublier de pomme de terre dans le sol si on ne veut plus la cultiver à cette place.

.
Comme je le disais plus haut, la pomme de terre est une plante vivace, elle est cependant cultivée comme une annuelle. Concernant la différence entre ces termes :

-une plante annuelle est une plante dont le cycle de vie (de la germination à la graine) dure 1 année
-une plante bisannuelle est une plante dont le cycle de vie dure 2 années
-une plante vivace (dite aussi plante pérenne) est une plante qui peut vivre plusieurs années

Ceci étant dit, la pomme de terre se plante généralement lors des premiers redoux en mars-avril. Cependant, grâce à ma méthode, je les plante à la mi-automne lorsque la place est libre (ou même à une place encore en jachère/pelouse/…) Cela sans craindre le gel car mes patates sont en général protégées contre ce dernier par un paillis. Il s’agit quand même de vérifier par grand gel qu’elles soient bien à l’abris (pour en savoir plus, lisez l’article jusqu’à la fin, j’y détaille ma méthode très simple).

Les rendements sont en général plutôt bons pour une culture se fait sans grande difficulté.
Il faut savoir que la culture de pommes de terre prend quand même de la place pour un temps assez long en fonction des variétés.
La culture de la pomme de terre permet de préparer un espace au jardin potager, pour des cultures à venir sans aucuns efforts pour cela. En effet, après sa culture vous obtiendrez un sol meuble et sans adventices (: “mauvaises herbes”).

.
La méthode incroyablement simple pour cultiver les pommes de terre : la culture sous paillis

 

Récolte de pommes de terreCette méthode va vous permettre de gagner énormément de temps, elle est très simple et très rentable (les rendements sont plus grands qu’avec la culture traditionnelle sous butte, certains site l’estime à 1.5 fois plus). Elle a aussi l’énorme avantage de ne demander aucun efforts physique (donc tout à fait accessible aux personnes âgées souhaitant cultiver leur jardin).
Avant toute chose, veillez à bien choisir l’endroit où vous allez cultivez vos pommes de terre. Prenant un certain temps au même endroits, pensez-y avant de les planter. Selon mon expérience personnelle, les pommes de terre tolèrent la mi-ombre mais évitez tout de même l’ombre et les lieux humides (à la mi-ombre les feuilles resteront plus souvent humides, donc vous aurez plus de risque que vos plants développent quelques maladies (en général sans énorme répercussion sur les tubercules).
Ça y est, vous avez choisi votre emplacement ? À présent deux méthodes s’offre à vous :

.

Celle du fainéant

Délimitez mentalement la ou les bandes de culture que vous allouerez à la culture de vos pommes de terre. Une fois cela fait, choisissez vos patates qui auront germées, placez les à même le sol avec un espacement de 15-20 cm en quinconce. J’ai pour habitude d’y placer aussi mes pelures de patates -bio évidemment- afin qu’elles se décomposent et nourrissent le sol et la vie présente dans celui-ci. En plus de cela, si vous disposez de compost, n’hésitez pas à en mettre par dessus vos pommes de terre afin de minimisez encore plus les risques de gelées et pour nourrir votre sol. Une fois cela fait, recouvrez la bande de 20 à 25 cm de paille. Arrosez très généreusement la première fois.

Et puis… c’est tout ! Pas besoin de les arroser par la suite car la  couche de paille permet de maintenir l’humidité.
Pour les récolter, rien de plus simple : soulevez la paille, prenez les patates qu’ils vous faut, et remettez la paille correctement. Vous aurez ainsi, si vous le souhaitez, des patates toute l’année (voire même sur plusieurs années, comme c’est une plante vivace). Si c’est le cas, veillez à toujours en laisser lorsque vous récolter vos pommes de terre.
Imaginons que vous vouliez tout récolter d’un coup : soulevez la paille, récoltez vos pommes de terre et vous découvrirez en dessous une terre souple, aérée et exempte d’adventices. Ce qui vous permettra d’agrandir votre potager pour les cultures suivantes sans avoir à tondre la pelouse, aérer le sol etc.

.

Celle du jardinier qui maximise ses chances de meilleurs rendements

La méthode est la même à ceci près que vous pouvez rajouter une étape préliminaire : aérer la terre.
En effet, si vous possédez une grelinette ou à défaut une fourche bêche, vous pouvez aérer la terre –sans la retourner. Il s’agit juste de planter l’outil et de faire un mouvement d’avant en arrière afin d’aérer un peu la terre.
Essayer tout de même de le faire un peu si votre terre est très dure et très tassée.

.
Honnêtement, je n’ai jamais vu de différence de rendements entre les deux méthodes (avec ou sans aération préalable du sol) : je vous invite donc à faire vos propres essais ! Et plus généralement à toujours faire votre propre expérience.
.
Si vous n’avez pas beaucoup d’espace dans votre jardin potager, je vous conseille de vous tourner vers des variétés précoces . Si vous disposez d’un grand jardin potager, vous pourrez vous tourner vers d’autres variétés prenant plus de temps (plus de 150 jours pour certaines). La pomme de terre pouvant se consommer primeur (sans que la peau soit encore formée), vous n’êtes pas obligé d’attendre la maturité pour pouvoir les consommer. Vous pouvez aussi choisir de laisser vos pommes de terre sur place afin de les laisser grossir. C’est aussi une astuce pour pouvoir les conserver plus longtemps sans aucun travail, ainsi elles continuent de grossir et vous permettent de vous servir selon vos besoins.

.

C’est la fin de cet article, s’il vous a plu n’hésitez pas à laisser un commentaire et à partager !

Bon jardinage !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    81
    Partages
  •   
  • 78
  • 3
  •  

4 réflexions au sujet de « Comment cultiver la pomme de terre sans aucun effort »

  1. Bonsoir, C’est intéressant comme technique, je connaissais celle des pommes de terre dans des pneus de voiture empilés, ce qui prend peu de place, avec de la paille par dessus (pas très écolo, ni beau surement, mais c’est du recyclage quand même :o)
    Ce qui amène quand même une question de ma part : n’y a t’il pas de forte probabilité que des campagnols ou autres fassent leur nid dans la paille ?
    Merci par avance pour votre réponse et pur votre site qui me semble bien passionnant et que je vais continuer à visiter !

    1. Bonjour Nat,

      Merci pour ton commentaire.

      Si dans ton jardin il y a des campagnols ou autres rongeurs, effectivement il y a des risques..
      C’est une très bonne technique, mais tout à ses avantages et ses inconvénients.

      Si tu as des problèmes de rongeurs tu peux mettre en place quelques astuces très simples.
      Si tu habites en campagne, tu peux favoriser la venue d’une couleuvre (inoffensive pour l’humain) en plaçant dans ton jardin des tas de bois, ou de pierre. Tu peux aussi y laisser pousser des bandes enherbées (profites-en pour y semer des fleurs pour prairies, double avantage !) Les chats peuvent être de véritables alliés aussi. 😉
      Je parle de la gestion des ravageurs dans l’article qui y est dédié.

      J’écrirai un article sur les rongeurs quand j’aurai le temps.

      Bonne journée 🙂

  2. C’est gentil d’y répondre de façon aussi précise. Merci.
    Effectivement il y a de petits rongeurs dans le jardin comme nous sommes voisins d’une prairie, ils ne me gênent pas outre mesure chacun a le droit de vivre ici (campagnols, souris, lérot …) Nous avions une couleuvre aussi il y a 2 ans mais je suppose qu’elle se promène ! Je dois dire que je me suis bien effrayée en la voyant et je me suis méfiée n’arrivant pas à la reconnaitre sur le coup.
    Et nous avons 2 chats qui vivent avec nous aussi dont une trop bien nourrie pour chasser et une autre encore un peu jeune :o)
    Les bandes enherbées c’est idéal pour les couleuvres ?
    Je vais aller lire l’article sur la gestion des ravageurs !
    Bon week end

    1. Bonjour Nat,

      Je suis tout à fait d’accord avec ta vision des choses, laisser de la place pour tout le monde, le petit monde se gère bien tout seul. Si on commence à cherche à éradiquer des espèces que l’on considère comme problématiques, on casse l’équilibre. Par exemple si on veut ramener des carabes ou des hérissons qui se nourrissent de limaces, mais qu’à côté on a tué toutes les limaces de notre jardin (parfois en utilisant des produits un peu cra-cra) bah faut pas s’attendre à ce que ces auxiliaires viennent chez nous…

      Pour les couleuvres les bandes enherbées que je t’ai conseillé je pense que c’est pas mal du tout. Ça permet aux couleuvres de se mettre à l’affût, et ça apportera énormément de biodiversité chez toi (tant végétale qu’animale !) Mets y des fleurs qui se ressèment naturellement et fauche une fois que les plantes seront en graines.
      Sinon pour les lieux où elles nidifient : les lieux riches en anfractuosités, comme un tas de grosses pierres. Les gros tas de bois aussi. Si tu as un point d’eau comme une mare, un étang ou un ruisseau c’est un gros plus. Les couleuvres aiment les points d’eau.

      Voilà, j’espère t’avoir apporté les réponses que tu attendais, bon week-end. 😉

Laisser un commentaire