Mon rapport à la nature

Publié le Publié dans Au jardin potager, Permaculture

Bonjour à tous ! Aujourd’hui je vais vous livrer mes réflexions autour du thème de la nature, de mon rapport à cette dernière et ce qu’elle m’apporte.

J’ai le plaisir de participer à un carnaval d’articles organisé par mon ami Adrien de Pose Nature. Vous vous demandez certainement ce qu’est un carnaval d’article, ne vous en faites pas, je vous explique tout ça dans l’article.

 

Un carnaval d’article ?

Un carnaval d’article est un évènement inter-blogueurs qui a plusieurs avantages. Pour les blogueurs d’une, cela nous permet de nous connaître et d’aller voir le travail de qualité de nos confrères. Pour les lecteurs d’autre part, cela vous permet d’élargir vos sites favoris et d’aller voir le travail d’autres blogueurs qui peuvent vous inspirer. Pour le coup, le travail d’Adrien vaut réellement le détour. C’est un photographe animalier qui a connu une progression fulgurante. Quand vous regarderez ces photos pensez qu’il s’est lancé il y a seulement 1 an ! Et il a déjà gagné un concours photo aux côtés de photographes animaliers professionnels. Par ailleurs il a mis ses photos dispositions du site jardiner Futé, et je profite de ce paragraphe pour le remercier. Vous verrez certainement quelques unes de ses magnifiques photos illustrer mes prochains articles. 😉

Par ailleurs, il propose sur son site un livre numérique offert dans lequel il revient sur les freins que peuvent rencontrer les débutants en photographie, et pour l’avoir lu je vous le recommande chaudement !

Trêve de compliments, il ne va plus pouvoir enfiler ses chaussettes ! Le thème de ce carnaval d’article est : “Mon rapport à la Nature : ce qu’elle a changé dans ma vie.”. Et tout naturellement (si, si !) j’en ai déjà parlé sur mon site dédié à l’astronomie : Mon rapport à la Nature. Si vous vous demandez quel est le rapport entre l’astronomie et la nature, je vous invite fortement à aller jeter un oeil à cet article. 😉

 

Mon rapport à la Nature

Lorsque j’ai écrit mon article sur mon deuxième blog, j’avoue que j’ai du choisir une approche parmi plusieurs qui s’offraient à moi. Mais comment dire… Sur un site dédié au jardinage, ce n’est pas les approches qui manquent pour parler de mon rapport à la Nature !

senecio vulgaris - séneçon nature
Séneçon commun

Je vais vous raconter une très courte histoire. Un jour que j’étais au jardin en mars-avril, une belle période pour les plantes sauvages, la personne qui m’accompagnait m’a fait remarqué la présence omniprésente d’une herbe sauvage. Il s’agissait de séneçon (peut-être que le nom ne vous dit rien, mais la photo devrait vous dire quelque chose). Cette même personne, que j’estime beaucoup, ayant des années de pratiques de jardinage m’a dit que nous devrions désherber le jardin. Ce à quoi je lui ai répondu s’il savait ce qu’était cette plante. Il n’en savait rien. Cela pouvait être une plante comestibles qu’il n’en aurait rien su. (Pour le coup, le séneçon n’est pas comestible par les mammifères.) Je lui ai alors donné un conseil sous forme de question : “Est-ce que cette plante consistue une gêne, là, tout de suite ? Sinon, je vous conseille de la laisser, d’apprendre à savoir ce qu’il y a à savoir sur elle, et lorsque vous aurez besoin de la place qu’elle occupe actuellement, vous pourrez la couper et l’utiliser comme mulch.” Ce jardinier a décidé de suivre mon conseil et il s’avère que de magnifiques papillons (le papillon Goutte-de-sang : Tyria jacobaeae) ont pondu sur les séneçons et s’en sont nourri jusqu’à qu’il n’en reste plus un seul au jardin en quelques jours.

Mais alors quel est mon rapport à la Nature ? Si vous avez lu mon autre article, vous savez déjà que depuis tout petit je suis passionné par la nature au sens commun du terme : les forêts, les animaux, les plantes, les milieux naturels etc. C’est pour moi une source d’émerveillement et d’apprentissage sans fin. J’ai suivie une formation scientifique et donc mon approche vis-à-vis du jardinage s’en ressent peut-être, mais je l’assume. Selon moi, chaque jardinier devrait avoir à l’esprit un ou deux principes simples avant de s’intéresser aux techniques de jardinage. On devrait tous faire un jardin à notre image : vous aimez cette plante sauvage qui pousse parmi les carottes et votre voisin jardinier ne cesse de vous dire de désherber votre jardin potager ? Suivez votre coeur et vos envies, le jardinage est une affaire de plaisir, mais aussi de beauté. Il faut que vous soyez bien dans votre jardin avant tout.

Et comme deuxième principes je pense qu’il faut toujours essayer de faire au mieux. Je m’explique : il faut toujours avoir en tête que nous ne savons pas tout et que les conseils lu par-ci ou par-là ne sont pas forcément les meilleurs pour votre jardin. Les critères sont très nombreux :  votre façon de jardiner, votre micro-climat, votre terre etc. Observez, essayez de comprendre et une fois informé, vous pouvez intervenir. Dans le domaine du jardinage, beaucoup de peur (énormément même) subsiste. On crée des insecticides pour tuer des animaux ou insectes que nous jugeons “nuisibles”/”ravageurs” sans comprendre que chaque insecte ou plante naturellement présente dans l’écosystème joue un rôle. Elles sont toutes des rouages d’une très complexe machine que l’on appelle biodiversité.

C’est cette pensée que j’essayerai toujours de garder en tête, observer et comprendre comment cela se passe dans la Nature pour créer un système, le meilleur possible, pour moi et ma façon de jardiner. J’aime beaucoup la métaphore selon laquelle la Nature serait un grand livre dans lequel nous avons beaucoup de choses à apprendre. La vie évolue sur Terre depuis au moins 3,5 milliards d’années, et je ne pense sincèrement pas que certains insectes ne jouent aucuns rôles. (À de très rares exceptions.) Je vous invite à vous renseigner avant de vouloir agir au jardin, c’est un sacré pas en avant dans son évolution de jardinier. C’est aussi un principe que j’essaye de développer dans ma vie personnelle. D’ailleurs c’est un principe important de la permaculture. Si la permaculture vous intéresse, je vous invite à lire cet article que j’ai écris sur le sujet : Permaculture – guérir la terre, nourrir les Hommes. Il s’agit d’une chronique de livre.

 

Ce que la nature a changé dans ma vie

Honnêtement l’approche que j’ai vis-à-vis de la Nature et ma passion pour cette dernière à changé beaucoup de choses dans ma vie. Mais la chose primordiale qu’elle a changé en moi est ma sensibilité et mon regard sur les choses. Loin d’être une tare, je suis fier de savoir m’émerveiller devant la naissance d’une coccinelle ou devant de belles fleurs.

Par ailleurs, c’est ce regard qui me permet de me remettre en question et de remettre en question mes pratiques de jardinage et mon approche devant certains “problèmes” qui sont souvent des déséquilibres. C’est cette approche qui m’a permit d’éprouver de l’intérêt pour plusieurs approches du jardinage, de l’agriculture ou encore de la vie en général. Comme la permaculture, ou l’agriculture naturelle (Masanobu Fukuoka).

Si j’ai pu vous transmettre l’envie de développer un regard plus curieux sur les mécanismes qui ont lieux dans votre jardin potager ou dans la nature, j’aurai réussi mon pari. Pour finir, comme je l’ai fait sur mon article de Passion Astronomie, je vous propose de finir avec une magnifique citation, qu’on attribut souvent à Oscar Wilde ce coup-ci :

                       “Beauty is in the eye of the beholder”

En français :

                       “La beauté est dans les yeux de celui qui regarde.”

 

Vous avez une approche particulière de la Nature et vous pensez qu’elle vous a apporté ou qu’elle vous apportera des choses ? N’hésitez pas à nous le partager en commentaire en dessous de l’article !

Et surtout n’oubliez pas de partager cet article sur les réseaux sociaux si il vous a plu ! 😉

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  

6 réflexions au sujet de « Mon rapport à la nature »

  1. Ton anecdote sur le séneçon m’a bien a amusé car j’ai eu du mal il y a quelques semaines à convaincre mon mari que ces jolies chenilles qui dévoraient cette petite plante étaient sans danger pour le potager. Nous avons été tellement conditionnés à tout détruire que même les plus intelligents d’entre nous (eh oui, c’est mon homme) on un premier réflexe de destruction. Finalement les chenilles ont terminé la plante et s’en sont allées …

    1. Salut Agnès, je suis tout à fait d’accord avec toi, et nos pensées se rejoignent.
      On nous a conditionné pour restreindre l’état naturel des choses, de vois cet état naturel négativement et de voir les choses doublement négativement. Déjà le séneçon qui est une “mauvaise herbe” (qu’est-ce qui est mauvais dans un écosystème naturel ?), et la chenille qui s’en nourrit l’est aussi. Mais ce n’est qu’un exemple d’une situation bien plus globale. Même les limaces et les escargots jouent un rôle primordial au jardin, elles mangent les champignons et les plantes fragiles et attaquées par les champignons par exemple (oïdium pour ne citer que cela) . Elles recyclent fabuleusement bien la matière organique et sont un maillon essentiel de la vie du sol.

      Pour les chenilles de la Goutte-de-sang, elles ont certainement fait leurs chrysalides. Elles les font en terre. 😉
      Tu auras peut-être la chance de voir leur envol l’année prochaine !

Laisser un commentaire