{Visite} Le Parc Oriental de Maulévrier

Publié le Publié dans Lieux - Jardins - Parcs...

Premier article concernant un parc intéressant, je tiens aujourd’hui à vous parler du parc oriental de Maulévrier que j’ai eu la chance de pouvoir visiter. Les photos sont celles que j’ai prit durant la visite et les impressions sont personnelles. C’est parti par ici pour la visite : 

 

L’histoire du parc oriental de Maulévrier

parc oriental de maulévrier

Le parc oriental de Maulévrier est un magnifique parc japonais. Il est situé dans le département du Maine-et-Loire, dans la commune du même nom : Maulévrier.

Le parc est attenant à un château, le château de Colbert que je n’ai pas pu visité, mais dont les jardins sont aussi très connus.

Le parc oriental de Maulévrier à été crée durant 15 ans, au début des années 1900 (1899 à 1913 pour les plus curieux). C’est à Alexandre Marcel que l’on doit l’agencement des lieux. C’est un architecte parisien qui était assez connu pour son style oriental et plus précisément japonais. Il habitait souvent dans le château attenant au parc avec sa femme, ce qui lui a permis de bien s’investir dans le projet. Voyez sur la photo à quel point le parc de Maulévrier semble apaisant et l’agencement travaillé.

Mais à la suite de son décès et du décès de son épouse en 1945, le parc n’a plus été entretenu. Et ce durant 40 ans. C’est en 1980 que la commune de Maulévrier rachète le parc, et grâce à des bénévoles très motivés, l’inauguration du parc à lieu 5 ans plus tard, en 1985 ! En 2015 le parc a donc fêté ses 30 ans d’ouverture. Et je dois dire que les bénévoles se sont surpassés car le parc est vraiment magnifique.

 

Un style résolument japonais

En Europe, aucun parc japonais n’égale la taille du parc oriental de Maulévrier. En effet il fait près de 30 hectares, ce qui fait de lui un des parcs japonais les plus connus au monde, et le plus grand d’Europe.

Pour la petite histoire, des enseignants d’horticultures d’universités japonaises ont reconnus ce parc comme ayant un style de l’époque d’Edo (une époque de l’histoire japonaise compris entre 1600 et fin 1800). C’est donc un dépaysement totale et un parc vraiment différent de ce a quoi nous sommes habitués en France. Une rapide excursion en terre japonaise sans le voyage de plusieurs milliers de km ! 😉

parc de maulévrier

En rentrant dans le parc, j’ai tout de suite su que j’allais apprécié l’endroit. Pour rentrer on traverse un portail de style… japonais (évidemment). Puis on traverse un petit pont au dessus d’un canal tout aussi magnifique. Le parc étant construit autour d’un lac artificiel, il faut bien l’alimenter en eau.
Comme vous pouvez le voir sur la photo à droite, les bambous offrent une ombre très agréable en été, et c’est tout à fait envisageable de le visiter par grosses chaleurs. Je vous le recommande même. 😉

L’ambiance était tout de suite très paisible et une fois passé par l’entrée (où le prix n’est pas vraiment élevé pour un parc comme celui-là), on commence à entendre bruisser les feuilles de bambous. Le dépaysement et l’apaisement commence à prendre part de nous.

parc oriental de maulévrier Comme je le disais, l’eau est évidemment très présente dans l’architecture de ce parc, et les diverses rives donnent l’occasion de profiter des installations au style asiatiques. Et pas seulement japonaises. Car on retrouve aussi une partie Khmer dans ce parc, ce qui n’enlève rien à son charme, au contraire !
Pour revenir au sujet de l’eau, le parc a été imaginé autour d’un lac, mais divers ajout, comme une cascade artificielle (petite, pas une chute non plus) ajoute une dimension supplémentaire à ce parc déjà bien magnifique. Il y a notamment un petit embarcadère absolument ravissant. Si vous décidez d’aller visiter ce parc, je vous invite à vous y asseoir un moment pour profiter du cadre magnifique. Mais aussi à profiter de la colline aux médiations avec le bruit de l’eau qui ruisselle.

Le style étant japonais on y rencontre bien évidemment des arbres et arbustes très joliment taillés. En fait, il s’agit de tailles traditionnelles japonaises que je vais essayer de vous résumer ici :

  • karikomi : taille qui est faite sur des arbustes (comme les azalées ou les camélias), elle est souvent associée à des rochers pour faire ressortir le contraste entre minéral et végétal.
    .
  • niwaki : c’est une taille d’arbre de jardin qui se sépare en 2 catégories : la taille en transparence et la taille en transparence et en nuage.
    La taille en transparence (Sukashi sentei) est pratiquée sur de nombreux arbres caduques mais aussi sur certains conifères. Il s’agit de conserver les branches charpentières, de couper tout le feuillage sur ces dernières et laisser pousser le feuillage librement à l’extrémité.
    La taille en transparence et en nuage (Danzukuri) est pratiquée majoritairement sur les pins et les ifs. Elle consiste à présenter un arbre que les éléments ont façonnés avec le temps. Il s’agit de faire paraître les arbres plus vieux qu’ils ne sont. D’en donner l’impression en tout cas. On dirige le tronc et les branches pour donner cette impression. On peut par exemple planter l’arbre penché. On nettoie bien les branches principales pour laisser passer le regard et donner une impression de légèreté.

temple parc oriental de maulévrier On y retrouve aussi une reconstitution d’un temple bouddhiste khmer qui est absolument bluffant de réalisme. Comme vous pouvez le voir, ce temple bouddhiste khmer se fond très bien dans l’environnement et je me suis cru un moment dans un autre pays en arrivant en face !

On y trouve aussi d’autres constructions du genre, comme des ponts dans d’autres styles, ou des statues représentants des lions.

 

La permaculture au parc oriental de Maulévrier

À la base, quand je suis allé visité ce parc, je ne m’attendais pas spécialement à quelque chose sur le sujet. Mais j’ai été agréablement surpris par la mise en place de techniques que l’on peut retrouver en permaculture. Sur ce sujet passionnant, je vous invite à découvrir mon article : la permaculture, qu’est-ce que c’est ? 

À titre d’exemple que je peux vous donner :

  1. Lors des élagages annuels du parc, le petit bois est broyé pour donner du BRF (Bois Raméal Fragmenté). Ce dernier est mis en place comme mulch autour des plantes du parc. On peut aussi dire “paillage”, mais c’est un terme qui porte à confusion parce que l’on peut penser qu’il s’agit de paille. Ce qui permet d’éviter l’enherbement, ça favorise la création d’humus et améliore le sol, et le protège ainsi que la vie qu’il abrite. Un principe de la permaculture donc.
    .
  2. Le parc de Maulévrier pratique aussi le compostage, ce qui lui permet de valoriser ses déchets et de les considérer comme des ressources pour d’autres éléments. Un principe clef de la permaculture. Les déchets de l’un sont les ressources de l’autre.
    .
  3. hôtel à insectesLa biodiversité y est assez présente.
    Notamment dans les serres de bonsaïs, on y retrouve une petite mare autour de laquelle sont placées des plantes destinées à la vente. Dans la mare il y a divers animaux (j’y ai vu quelques magnifiques grenouilles).
    Et il y a aussi un hôtel à insectes ! Ayant oublié de le prendre en photo, je vous partage une photo de l’hôtel à insectes que j’ai chez moi et que j’ai réalisé avec du matériel de récupération. Pour avoir plus de photos, je vous invite à me suivre sur instagram et les autres réseaux sociaux (twitter et facebook).
    C’est à dessein que j’ai pris une photo avec les plantes en premier plan (notamment moutarde e phacélie). Ceci afin d’insister sur le fait que l’hôtel à insectes permet aux insectes de nicher, mais ça ne les attire pas par magie. Il faut leur proposer à manger. Pour en apprendre plus sur ce sujet qui est très passionnant, je vous invite à lire mon article complet sur les auxiliaires : les auxiliaires au jardin potager ou au balcon.

 

J’espère que vous aurez apprécié ce petit résumé de ma visite du parc oriental de Maulévrier. Si vous avez des questions ou des remarques, n’hésitez pas à me laisser un commentaire ci-dessous. J’y répondrai avec grand plaisir.

N’oubliez pas de partager l’article. 😉

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  

7 réflexions au sujet de « {Visite} Le Parc Oriental de Maulévrier »

  1. Merci beaucoup pour cet article, je songeais à le visiter depuis un petit moment déjà, mais je suis désormais convaincu — à vrai dire je n’habite pas si loin, mais il faut bien prendre toute une journée pour en profiter pleinement ! Je ne savais pas qu’il avaient intégré une dimension permaculturelle dans l’aménagement et l’entretien, mais c’est une très bonne chose, et une raison de plus pour y aller. Il me semble que le jardin est aussi ouvert de nuit avec de beaux jeux de lumières et de lampions japonais si jamais tu y retournes pendant les beaux jours 😉

    1. Merci pour ton commentaire !

      En été il sera ouvert toute la journée. Mais pour le moment le parc oriental de Maulévrier n’est ouvert que l’après-midi.
      J’aimerais aussi le revisiter en automne pour voir le feuillage de 1000 couleurs, ou durant le printemps et notamment la fête de la floraison des cerisiers japonais, Hanami.

      J’ai complètement oublié de le dire effectivement, on peut la visiter de nuit. Merci de l’avoir précisé Alexandre !

      À bientôt ! 😉

    1. Si tu n’y es jamais allé, je te le conseille vraiment si tu passes dans le coin. En 3 heures le parcs est fait, ça peut faire une halte dans un voyage. 😉

  2. Bonjour,

    Originaire de Lorraine et passionnée de jardin, j’ai aussi eu l’occasion de visiter à deux reprises ce parc absolument somptueux. C’est un dépaysement total. J’ai fait de nombreuses photos dont certaines postées sur mon compte Facebook. Le Maine et Loire propose de nombreux jardins très beaux à visiter. Alors n’hésitez pas mais celui de Maulévrier est incontournable.

Laisser un commentaire