Au jardin potager

La coccinelle : un insecte surprenant et très utile

Dans le cadre de la série d’articles consacrée aux organismes auxiliaires, j’ai le plaisir de vous parler aujourd’hui de la coccinelle. Véritable alliée du jardinier, considérée comme porte bonheur. Elle est  l’auxiliaire le plus connu des jardiniers, et sans doute le plus apprécié par petits et grands !

.
La coccinelle
.

Avant de commencer l’article à proprement dit :

Pour vous simplifier la lecture des articles sur les auxiliaires vous pourrez retrouver certains points dans d’autres articles. Comme la partie sur certains nuisibles : les pucerons par exemple. Je suis obligé de les mettre dans la présentation de chaque article présentant les auxiliaires concernés afin que vous puissiez avoir les réponses à vos questions sans chercher partout dans les articles. Si vous avez déjà lu la présentation d’un des nuisibles, vous pouvez sauter la partie qui s’y réfère sans problème. 😉

Si vous n’avez pas lu l’article concernant les auxiliaires au jardin potager, je vous invite à le faire. Afin de comprendre l’importance de cette approche et notamment l’importance que la coccinelle peut avoir au jardin potager : les auxiliaires à la rescousse des jardiniers.

 

Caractéristiques de la coccinelle

On a déjà tous entendu le nom commun (: vernaculaire) de la coccinelle : la bête à bon dieu. Rien que ça ! Pour la petite histoire : ce nom nous vient d’une légende qui remonte tout droit du Moyen-Âge ! Le bourreau censé exécuter un condamné à mort vit une coccinelle sur le cou du condamné. Essayant à plusieurs reprises de la faire partir, celle-ci finissait toujours par s’y reposer. Le roi Robert II, y vit alors une intervention divine, et il décida de gracier le condamné.

 

Coccinelle champignonLa coccinelle fait partie de l’ordre des coléoptères. Le nom de cet ordre vient de la particularité de ces insectes qui ont des ailes qui se replient sur leur dos et forme une sorte de fourreau (un étui). Fourreau en grec se disant koleós, le nom des coléoptères vient de là ! 🙂
Vous voulez en savoir plus sur les coléoptères ? Je vous conseille cette vidéo de c’est pas sorcier sur les coccinelles et plus précisément les coléoptères  : C’est pas sorcier – Les coléoptères

Vous l’avez sans doute compris, la coccinelle fait partie du même ordre que les carabes (un autre auxiliaire très utile aux jardiniers), des scarabées ou des hannetons !

On décompte pas moins de 6000 espèces de coccinelle sur la planète !
L’espèce qui est la plus répandue en Europe est une coccinelle rouge avec 7 points noirs, son nom est Coccinella septempunctata. 

Les coccinelles se reproduisent au printemps et pondent jusqu’à 400 oeufs sur des plantes ayant des pucerons. Environ 5 jours après, les larves de coccinelle éclosent. Après 3 semaines de développement durant lesquelles elles peuvent manger jusqu’à 9000 pucerons, les larves de coccinelle en nymphose. 8 jours après, une magnifique coccinelle est prête à prendre son envol.

 

.

Quelle est l’utilité de la coccinelle au jardin potager ?

Sa réputation n’est plus à faire, la coccinelle est connue comme une grande dévoreuse de pucerons. Mais son intérêt au jardin ne s’arrête pas là : elle a d’autre proies qui sont nuisibles aux jardiniers !

Faisons un petit tour des deux principales proies de la coccinelle :

 

  • les coccinelles mangent les pucerons

La plupart des coccinelles se nourrissent de pucerons. On dit qu’elles sont aphidiphages (comme d’autres auxiliaires). Les pucerons sont de minuscules insectes mesurant de 1 à 4 mm. Il y a quelques espèces qui se nourrissent d’autres choses, comme des plantes, mais elles sont minoritaires.

Ils s’attaquent à beaucoup de plantes différentes et les affaiblissent en leur suçant leurs sèves.
Si vous avez déjà observé des pucerons attentivement, vous avez peut-être remarqué la présence de fourmis parmi ces pucerons. Vous vous êtes peut-être alors demandé pourquoi les fourmis ne les mangeaient pas ? Très simplement car les pucerons leurs fournissent des gouttes de miellat. Une substance visqueuse riche en sucre dont les fourmis raffolent ! Elles viennent chatouiller le derrière des pucerons, et les pucerons excrètent une goutte de miellat, si si je vous jure 😉

Pucerons, coccinelle et fourmi

Parfois, les fourmis ne créaient pas de relations avec les pucerons. Leur miellat se retrouve donc sur les plantes. Sur ce dernier se développe un champignon noir qui est la fumagine. La fumagine se développe aussi à la suite de l’invasion d’autre insectes piqueurs-suceurs.

Les pucerons ont de nombreux ennemis naturels, comme les coccinelles mais aussi syrphes et les chrysopes (dont je vous parlerai dans d’autres articles).

  • les coccinelles mangent les cochenilles

Les cochenilles sont aussi des insectes piqueurs-suceurs. On les appelaient autrefois les “poux des plantes“, charmant n’est-ce pas ?
Elles se nourrissent donc de la sève des plantes. Lorsque les cochenilles sont très nombreuses sur une plante cela peut occasionner des dégâts très rapidement visibles (comme sur les arbres fruitiers). Elles peuvent être responsables de plusieurs problèmes. Comme les pucerons, les cochenilles peuvent créer les conditions favorables à l’apparition d’un champignon noir qui s’appelle la fumagine.
Connue des jardiniers, une cochenille particulière laisse des dépôts blancs sur les feuilles, c’est la cochenille farineuse. La cochenille farineuse se retrouve en général sur les plantes d’intérieur, mais aussi sur les plantes à l’extérieur parfois.

.

Voilà en ce qui concerne les deux principales proies de la coccinelle, les pucerons et les cochenilles.

Du fait que la coccinelle ne fasse peur à… personne, c’est un excellent insecte pédagogique pour faire comprendre aux enfants l’équilibre biologique du jardin. C’est un outil incroyable pour sensibiliser les enfants aux méthodes durables de jardinage, à la biodiversité et à l’équilibre que l’on peut inviter au jardin potager.

.

Comment attirer les coccinelles au jardin ?

Outre l’absence d’insecticides, qu’ils soient biologiques ou non (car leur but est le même), une source de nourriture abondante attirera la coccinelle au jardin potager. C’est-à-dire qu’il ne faut pas que vous interveniez lorsque les pucerons sont sur une plante. C’est évidemment un conseil tout relatif, si l’invasion est très grande vous pourrez aviser en temps réel.
Effectivement, si vous ne leur laissez pas de nourriture et tuez les pucerons, elles n’auront plus de raison de venir dans vote jardin.

Au-delà de ces conseils généraux, comment attirer les coccinelles au jardin ?

.
Prairie fleurieEn invitant la diversité dans ce dernier. Sous forme de haies (le mieux), de bandes enherbées, de prairies fleuries. Cela afin de diversifier les milieux présents chez vous, d’inviter de nombreuses espèces d’insectes dont se nourrissent la coccinelle.
Par expérience, mis à part dans des cas particuliers comme les balcons, on peut toujours trouver quelques mètres carrés pour laisser l’herbe en jachère et y semer un mélange pour prairie fleurie.

.
Les haies étant la meilleure des solutions car offrant des floraisons abondantes et des milieux de vie très grands à leur échelle. Pour peu qu’on choisisse bien les essences, ces dernières auront des floraisons échelonnées durant toute l’année et vous permettront d’avoir des fruits et du bois.

Vous pouvez aussi choisir de planter des plantes relais. C’est une solution particulièrement indiquée en cas de petit jardin ou de balcon.
Une plante relais est une plante vers laquelle les insectes vont d’abord se tourner avant d’attaquer d’autres plantes. Ces plantes permettent aussi d’attirer les insectes auxiliaires comme vous vous en doutez.

Parmi les plantes relais attirant les pucerons, en voici trois qui me semblent particulièrement intéressantes : la capucine, l’ortie ou la fève.

Capucine fleurs
Fleur de capucine

Je vais juste dire quelques mots sur la capucine que je vous ai déjà rapidement présenté sur l’article les auxiliaires. La capucine est une plante très connue pour sa capacité à attirer les pucerons. La plante en elle-même est comestible : les feuilles et les fleurs se mangent. Sa saveur est légèrement épicée,  et même si vous n’aimez pas, les fleurs sont magnifiques dans une assiette. Ou tout simplement dans le jardin potager !
Je trouve que c’est une plante très valorisable, elle est comestible et les graines peuvent s’échanger. La capucine produit une quantité assez importante de biomasse, ce qui peut être utile en paillis (: mulch) ou au compost. C’est aussi une plante magnifique qui possède des variétés grimpantes : idéal pour habiller un compost ou une pergola !

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu   La capucine : tout sur sa culture (plantation, entretien...)

.

Si vous n’avez pas la patience, que vous subissez trop de dégâts ou que malgré tous vos efforts les coccinelles boudent votre jardin, vous pouvez en acheter en jardinerie ou sur internet.

Cependant je dois vous mettre en garde. N’achetez surtout pas la coccinelle asiatique. -sauf si vous habitez dans un pays asiatique- 😉
En effet, on assiste depuis plusieurs années à l’invasion d’une espèce de coccinelle asiatique cannibale. Elles mangent les larves des coccinelles indigènes quand la nourriture vient à manquer. Bouleversant ainsi l’écosystème local. Cette espèce à très certainement été introduite dans le cadre de la lutte biologique : savourez tout le paradoxe…
Et trop souvent encore, elle est proposée à la vente sur internet ou dans les jardineries.
Choisissez plutôt des espèces qui sont naturellement présentes dans votre écosystème. Ou simplement dans votre pays de résidence.

.

.

Comment inciter les coccinelles à rester ?

Une fois les coccinelles attirées dans votre jardin, laissez les faire leur travail, vous verrez qu’elles vont se régaler de vos pucerons.
Cependant, il peut être intéressant de vouloir les “fidéliser” à votre jardin. Afin que chaque année les coccinelles soient présentes dans votre jardin. Et permettre ainsi une gestion durable des pucerons.

Comment faire pour que les coccinelles hibernent dans votre jardin :

Offrez aux coccinelles un garde manger toujours plein. Si d’une année sur l’autre vous décidez de faucher votre prairie fleurie, sans en replanter, ça n’a pas vraiment de sens. Comment les coccinelles (ou les autres auxiliaires) pourront alors continuer à être intéressé par votre jardin potager ?

Si vous avez planté de la capucine par exemple, n’hésitez pas en récolter les graines afin en replanter l’année qui suit. De toute manière, je suis sûr que vous tomberez amoureux de cette plante ! 😉

Mais cela ne sera peut-être pas suffisant pour nos délicates demoiselles. Nous pouvons les aider à nidifier en leur offrant une structure 5 étoiles, faite maison. Si vous avez décidé de construire un hôtel à insecte, ce dernier comporte certainement déjà 1 ou plusieurs compartiments qui leurs sont alloués.

Parmi ceux qu’elles préfèrent :

    • un compartiment rempli de pommes de pin. Pour ma part je l’ai rempli de celles de thuyas, mais pour le moment les coccinelles ne s’y sont pas intéressées.
    • un compartiment de planche de bois écartés de quelques millimètres (3 à 5mm). D’après les retours que j’en ai eu, c’est sans doute la meilleure des solutions.

Du moment que vous leur offrez un abri du vent et de la pluie, avec des matières sèches vous aurez des chances d’en héberger durant l’hiver !

C’est la fin de cet article, s’il vous a plu n’hésitez pas à laisser un commentaire et à partager ! 🙂
J’espère que cet article vous aura permis d’en apprendre plus sur la coccinelle, des alliées du jardinier bio !
Bon jardinage !

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
    210
    Partages
  •   
  • 208
  •  
  •  
  • 2
  •  

4 réflexions au sujet de « La coccinelle : un insecte surprenant et très utile »

  1. Tu me vends du rêve avec tes coccinelles ahah ! Article super intéréssant, que je mettrai en pratique quand j’aurai un jardin, pour attirer toutes ces petits insectes et les prendre en photo… Comment joindre l’utile à l’agréable 🙂

    1. Salut Adrien, merci pour ton commentaire sympa !
      Effectivement les coccinelles ne sont pas justes mignonnes, mais très utiles au jardin potager. 😉

      Pour les attirer sur ton balcon, tu peux faire un pot réservé aux fleurs intéressantes pour la biodiversité. Notamment la capucine pour les coccinelle. C’est une plante grimpante que tu peux faire tomber ou grimper sur un grillage.

      Et je serai toi, j’y ajouterai de la bourrache. C’est une magnifique plante comestible, dont les fleurs attirent énormément les insectes pollinisateurs. Abeilles et bourdons notamment. C’est super d’avoir ça sur son balcon 🙂

  2. Bonjour.
    Nous n’arrivons pas à nous de faire de nos pucerons et cochenilles…
    Nous avons une terrasse abritée lumineuse mais constamment à l’ombre et à l’abri de la pluie.
    Nous nous posons la question sur l’introduction de coccinelles…
    L’inventaire de nos plantes. .
    1 rosier (spécial ombre)
    1 jasmin
    2 pitosporum
    Des roses de Noël
    1 arbousier
    1 romarin
    1 agrume
    Des agaçantes
    Des tulbagias
    Des oeillets
    de la verveine
    De la ciboulette
    Des pensées…
    Pour te donner une idée.
    Nous sommes plutôt en pleine ville…
    Merci pour tes conseils.

    1. Bonjour 🙂

      Pas mal de variétés pour une terrasse en ville, ça doit être beau à voir et agréable à vivre, bravo !

      Depuis combien de temps vos pucerons/cochenilles sont-ils présents sur vos plantes ? Et est-ce qu’il y en a trop ?

      Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’il est normal qu’il y en ait. Mais “anormal” (dans un écosystème sain et équilibré) qu’il y en ait trop.
      Donc oui, sur une terrasse, dans un balcon, ou même dans un jardin potager classique, il est fréquent de voir des tas de pucerons sur certaines plantes.

      D’où ma première question, est-ce que vous pensez qu’il y ait vraiment trop de pucerons sur vos plantes ? J’entends par là : est-ce qu’ils nuisent réellement à vos plantes ?

      En général on se fait vite du soucis pour nos plantes adorées, mais elles sont souvent bien plus résistantes qu’il n’y paraît.

      Si vous jugez qu’effectivement il y a trop de pucerons et de cochenilles sur vos plantes et qu’elles en souffrent, vous pouvez de vous même, agir pour réduire le nombre de pucerons.

      À savoir, si cela fait que quelques semaines que vous en avez, attendez encore un peu, l’installation des coccinelles (et autres auxiliaires) peut prendre un peu de temps. Le temps que les coccinelles repèrent leurs proies, s’installent, pondent sous les feuilles et que les premières larves éclosent peut-être assez long pour les jardiniers.

      Si vous jugez que vous devez agir, vous pouvez agir de 2 manières. Soit en introduisant vous même des coccinelles dans vos jardinières. Sous formes de larves de coccinelles bien sûr, sinon elles s’envoleront directement. Cependant, fait bien attention à choisir des coccinelles européennes et pas de coccinelles asiatiques.

      La deuxième manière que vous pouvez choisir pour intervenir est d’ôter vous même les pucerons. Effectivement, attendre les coccinelles peut parfois être très long (et dans certain cas, trop long), donc vous pouvez vous même enlever ces pucerons, et cochenilles. On conseille en général de faire un mélange d’eau et de vinaigre (peu de vinaigre pour beaucoup d’eau, 1/10 de vinaigre me semble correct). Vous imbibez un papier essuie tout avec, et vous passer délicatement votre papier sur vos plantes.

      Cependant, en choisissant cette dernière méthode, vous choisissez aussi d’enlever la source de nourriture des coccinelles. Donc ces dernières n’auront plus de raison de venir s’installer chez vous.

      Si vous choisissez d’attendre ou d’introduire des larves de coccinelles sur votre terrasse, n’oubliez pas de planter quelques plantes réservé à la biodiversité, comme des capucines. Vous avez du lire l’article, sinon je vous conseille d’y jeter un oeil (le lien est dans l’article plus haut).
      N’oubliez pas aussi de placer quelques endroits qu’affectionnent les coccinelles pour nicher lors de l’hiver.

      Pour finir, jetez un oeil sous les feuilles de vos plantes, vous remarquerez peut-être quelques oeufs orangés de coccinelles. 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.